Comment tuer un dinosaure

par Travis Kepley
traduit par Sylvain LE MENN

En 2000 le groupe punk NOFX sortit un album intitulé “Pump Up the Valuum”. Quand j'ai écouté le CD pour la première fois, j'ai immédiatement écouté en boucle la chanson “Dinosaurs Will Die”.  (Attention, les paroles sont réservés à un public averti). Peu après je me suis engagé dans la cause du logiciel libre, et je ne compte plus le nombre de fois où les paroles de cette chanson me sont revenues à l'esprit. Pour ceux qui ne connaissent pas, cette chanson parle du déclin (espéré) de l'ancien modèle commercial des multinationales de vente de musique et de l'émergence potentiel d'un nouveau modèle.

Après avoir lu les articles sur la lutte de Lawrence Lessig contre l'ASCAP (American Society of Composers, Authors and Publishers) et du refus ultérieur de l'ASCAP d'engager un débat public avec les membres de Creative Commons, je n'ai pas pu m'empêcher de penser de nouveau à cette chanson. Je m'en suis donc servi comme d'un point de départ pour élaborer un guide détaillant la manière de tuer les dinosaures des industries du modèle propriétaire. Le guide est finalement assez simple, et on peut s'en servir dans tous les secteurs d'activité, des arts jusqu'aux technologies.

Etape 1 : identifier un modèle économique propriétaire poussif ou défaillant, alias le dinosaure.

Les dinosaures, en dépit de leur taille, sont souvent inventifs ou manipulateurs. Vous devez donc vous montrer prudent si vous espérez les abattre. En référene à NOFX , leur maison de disque Fat Wreck Chord, est toujours membre de la RIAA (équivalent  américain de la SACEM) contre la volonté de Fat Wreck Chords (voir ce lien : http://www.fatwreck.com/community/faq ; comme je l'ai dit précédemment, ce lien mène vers du contenu destiné à un public averti. Hé ! C'est du punk rock, à quoi vous attendiez vous ?!). Dans ce cas là, le dinosaure nous a mâché le travail en s'astreignant à contrôler quelque chose qu'ils ne comprennent pas. Donc la seule chose que vous ayez à faire c'est les débusquer et étudier leurs aspects.

En de nombreuses occurences, les dinosaures se sont intéressés aux proies les plus faibles : leurs clients et consommateurs. Par exemple, en tant qu'utilisateur abonné après paiement à un logiciel propriétaire typique du genre, les utilisateurs doivent réguliérsement démontrer qu'ils ont bien acheter le produit. Si vous faites l'acquisition du même logiciel de manière moins légale, ils sont dépourvues de ces contraintes, et l'utilisateur bénéficie d'une expérience beaucoup plus élégante. Si vous achetez un film sur support DVD ou Blu-Ray, vous êtes obligés de visionner les bandes-annonces pour d'autres films et les avertissements publics décrivant les dangers que représentent le piratage de films, avant que vous puissiez finalement regarder le film pour lequel vous avez payé. Par contre une copie illégale du film vous amène au coeur de l'action sans publicités et sans incovénients.

La musique téléchargée provenant de nombreux sites légaux est encombrée de DRM (digital rights management) qui empêchent une réelle propriété du produit par le consommateur, ou est enregistrée à un débit de qualité inférieure. A l'inverse des sources de nature illégale permettent le choix de débits de qualités différentes, incluent des versions de d'autres pays qui comprennent des pistes supplémentaires introuvables en magasin, et surtout des fichiers qui sont 100% sans drm.

Ces actions témoignent d'une industrie qui a perdu tout contrôle, et réclame que l'on mette fin à sa souffrance. Cependant, nous avont toujours besoin de trouver les manières de mettre à dispositions et commercialiser les biens et les arts que nous aimons, ce qui nous amène à...

Etape 2 : découvrir un meilleur business ou modèle innovateur

Encore une fois, c'est bien plus facile que cela en a l'air. Le dinosaure s'est déjà chargé du plus gros du travail. La preuve la plus évidente réside dans les derniers procès futiles en justice ou les campagnes jouant sur la peur, l'incertitude et le doute. Par exemple, les revendications acharnées de SCO sur la génèse de Linux, ou les récentes attaques contre Creative Commons et ses semblables. Si les dinosaures attaquent quelque chose, il devient alors très probable que ces géants ont une raison d'avoir peur et que leur vieux modèle devient obsolète. Et s'il y a une chose que l'on sait à propos des dinosaures, c'est qu'ils sont lents et qu'ils ont une grande inertie en raison de leur masse. C'est comme essayer de changer un paquebot de direction, ce n'est pas une opération facile et rapide. Donc au lieu de de s'adapter et d'apprendre de modèles plus rapides ou plus agiles, ils se battent. Les consommateurs qu'ils embêtent sont eux susceptibles de se tourner vers de nouveaux modèles supérieures. Ce modèle  est probablement le même qui a provoqué l'attaque des dinosaures en premier lieu. Tout comme des rats qui quittent le navire (c'est la deuxième analogie avec un bateau dans presque autant de phrases, désolé pour ça), quelque soit le nombre de leurs semblables qu'ils piétinent ou égratignent sur leur chemin en essayant de sortir la tête de l'eau, ils ne font que repousser l'inévitable. C'est un cycle effroyable qui ne fait qu'empirer avec le temps. Il faut agir, et pour cela une dernière étape est nécessaire.

Etape 3 : asséner le coup de grâce.

Encore une fois, ne vous inquiétez pas, la tâche est bien plus facile que cela en a l'air. Le moyen le plus aisé de tuer un dinosaure est d'arrêter de le nourrir. Si on peut donner un soutien à ces organisations naissantes, elles acquéreront le dynamisme nécessaire pour écraser les monolithes qui contrôlent les arts et les biens que nous aimons tous. Cela porte déjà ses fruits avec des réussites telles que Linux ou Wikipedia. Il y a juste besoin de trouver les bonnes personnes pour propager l'information et prouver qu'une nouvelle manière de faire est possible en retournant la propriété et le contrôle à ceux qui le méritent, à ceux qui créent et à ceux qui acquièrent les biens culturels.

Commencez par investir dans de la musique, des logiciels et des films qui sont libres et sans drm. Evitez d'acheter ces versions encombrées du même travail. Si une version encombrée ou fermée est la seule disponible, demandez aux propriétaires à ce que cela change. Intéressez vous à des sites tels que Jamendo ou Magnatune.

Alternativement, vous pouvez donner des armes à la proie. A l'approche de l'anniversaire de la mort de Jerry Garcia, je ne peux m'empêcher de me rappeler un mouvement dont il faisait partie bien avant qu'il n'ait son propre nom. Les Grateful Dead étaient renommés pour autoriser leurs spectateurs à non seulement enregistrer leurs spectacles, mais aussi à les partager aussi librement qu'ils le souhaitaient tant qu'ils n'étaient pas vendus dans le but de faire un profit. Si ça vous évoque quelque chose aujourd'hui, cela serait sans doute distribué sous licence Creative Commons, ou une autre licence similaire. Mais ce qui est important, c'est que si vous gardez le contrôle sur l'oeuvre que vous créez et décidez par vous mêmes comment cette oeuvre sera disponible, le bouche à oreille fonctionnera très bien. Les Grateful Dead sont toujours des grands, en partie pour l'idée du partage qu'ils ont eu. Des artistes font toujours de même aujorud'hui, et cela peut marcher, mais une fois encore on doit donner plus de moyens à ceux qui produisent et vivent d'un travail sous ce type de licence pour progresser. Donc si vous êtes un artiste ou un dévelopeur, pensez à appliquer une licence avec plus d'ouverture si possible.

On doit aussi se rappeler que l'histoire peut se répéter. Les dinosaures se sont éteints parce qu'ils n'ont pas réussi à s'adapter. On ne peut pas laisser la même chose arriver au mouvement du libre, ou le mouvement contenu libre. Heureusement, grâce aux conditions d'utilisation des licences libres, il est plus aisé de rester souple. C'est un modèle éprouvé qui marche. On a juste besoin d'atteindre le grand public. Alors rendez-nous service, partagez les histoires et les oeuvres que vous créez. Soyez militant et  aidez à mettre fin aux modèles usés qui ne servent plus à rien mais entravent tout ce qu'ils touchent et remplissent les poches de ceux qui n'ont aucune estime pour ce qu'ils conctrollent d'une poigne de fer. Les dinosaures vont mourrir.